Quatrième de couverture

Michaela est une jeune femme à qui la notion même d’identité fait défaut. Les agressions physiques, psychologiques et sexuelles perpétrées sur sa personne ont compromis la construction de sa personnalité au point que différentes parties d’elle-même se relayent la gouvernance du corps. Même si elle a réussi à revêtir toutes les apparences d’une personne adulte, Michaela reste figée dans les souvenirs traumatiques de son enfance. Au moment où elle désire fonder une famille, son corps malmené semble réfractaire à porter la vie. Comment, dans ces conditions, devenir mère ? Et quelle mère devenir quand toutes les références ont été faussées dès le départ ?

Michaela trouve une psychologue, Delphine Joly, qui l’aidera à s’affranchir des horreurs du passé et à intégrer les différentes parties d’elle-même. Un parcours dont elle sortira grandie. Le lecteur est invité à l’accompagner dans ce voyage initiatique où elle devient non seulement la femme dont elle arbore le corps, mais aussi une mère pour ses enfants. Non plus un objet qui subit mais un sujet qui vit. L’écriture de ce livre lui a permis de grandir encore.

Michaela Châteaux est née à Stockholm en 1979. Elle passe toute son enfance en Suède, mais décide de s’exiler en France cinq jours après l’obtention du baccalauréat. Elle s’inscrit en Lettres à l’Université de Lille, où elle obtient sa Licence. Plongée dans une dépression sévère, elle se voit cependant obligée d’arrêter ses études pour raison de santé.

Pour s’en sortir, elle entame un travail thérapeutique – travail qui durera une dizaine d’années avec des moments très forts qu’elle restitue dans ce livre.